01/05/21 : Vaccin COVID-19

La vaccination COVID-19- ouverte à tous les drépanocytaires adultes depuis le samedi 1er mai 2021

Depuis le samedi 1er mai, toutes les personnes de plus de 18 ans atteintes de drépanocytose peuvent se faire vacciner. Il n’y a pas de contre-indication liée à la drépanocytose à aucun des vaccins qui vont être délivrés. Pour les moins de 55 ans, ce qui est le cas de la majorité de patients drépanocytaires, les vaccins à ARNm seront utilisés (Pfizer-BioNTech® et Moderna®).

Les vaccins Pfizer-BioNTech® et Moderna® sont réalisés en centre de vaccination. Ils nécessitent 2 injections espacées de 42 jours. Il est conseillé de ramener votre dernier compte-rendu de consultation avec votre médecin référent pour la drépanocytose afin d’attester cette comorbidité.

Pourquoi se faire vacciner contre la COVID-19 ? Le premier objectif de la vaccination est de réduire significativement le nombre de formes graves de COVID-19. Dans le cas spécifique des personnes atteintes de drépanocytose, le virus peut aussi déclencher une crise, parfois sévère. Cela n’est pas proprement lié au type de virus mais à la réaction du corps à son entrée (fièvre, inflammation, …). C’est donc aussi ces réactions que l’on veut éviter en vous vaccinant. Des complications neurologiques à long terme comme une fatigue ou perte d’odorat et de goût persistante pendant des mois sont aussi des motivations supplémentaires à la vaccination.

Les personnes atteintes de drépanocytose de plus de 45 ans (tous types confondus SS, SC, S-bêta Thal) sont particulièrement à risque de formes graves de COVID-19. Enfin, si vous souhaitez voyager dans les mois à venir, un certificat de vaccination vous sera certainement demandé (passeport vaccinal). Ainsi, les spécialistes de la drépanocytose recommandent unanimement de vacciner tous les adultes de plus de 18 ans atteints de drépanocytose.

Plus de 400 millions de personnes sont maintenant vaccinées dans le monde depuis décembre 2020 (et plus de 16 millions en France). La plupart des effets indésirables rapportés sont communs aux autres types de vaccination, sont bénins et durent moins de 24h (douleurs au site d’injection, maux de tête, fatigue, fièvre). Comme tout type de vaccin ou de médicaments, il peut y avoir des réactions plus graves mais qui sont extrêmement rares (par exemple les thromboses dont on a parlé récemment dans les médias). Juste avant votre vaccination, un soignant vous posera des questions ou vous fera remplir un questionnaire vérifiant que vous ne présentez pas de contre-indication au vaccin. A l’inverse, les effets secondaires très graves de l’infection au COVID-19 (hospitalisations, besoins de transfusion, passages en réanimation, décès) sont bien établis, y compris chez les patients drépanocytaires.

J’ai déjà eu la COVID-19 (prouvé par PCR ou sérologie). Devrais-je me faire vacciner ? La Haute Autorité de Santé recommande dans ce cas de ne faire qu’une seule injection de vaccin. Nous recommandons de la faire environ 6 mois après l’infection COVID-19.

Sera-t-il possible de se faire vacciner en période de crise vaso-occlusive (CVO) gérée à la maison, ou juste après une hospitalisation ? L’organisme étant plus vulnérable en période de CVO, infection ou hospitalisation, il sera recommandé d’attendre environ un mois après une crise avant de se faire vacciner.

D’après la MCGRE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Thème : Overlay par Kaira. Drépavie, Agir pour la vie
Strasbourg, FRANCE